Istanbul : le parc Gezi, l’île verte, la jungle urbaine et la jeune femme en rouge

This woman in red became a symbol of the Turkish protest, in Taksim Square, Istanbul.

This woman in red became a symbol of the Turkish protest, in Taksim Square, Istanbul.

Avant toutes choses, je tiens à préciser que le but de cet article n’est pas de juger ou de critiquer les évènements récents en Turquie, et ne doit en aucun cas être utilisé à des fins « politiques ».

Le titre de ce billet aurait pu être celui d’une fable, mais il est bel est bien inspiré de faits d’actualité. Lorsque j’ai vu les images et les reportages sur les manifestations en Turquie, j’ai été impressionnée par la foule d’étudiants qui sont descendus place Taksim. D’après les journalistes, les manifestations ont commencé suite à l’annonce d’une décision « d’urbanisme et d’écologie » visant à détruire les arbres d’un des rares parcs du centre-ville pour construire la réplique d’une caserne de style ottoman (détruite en 1940) et un centre commercial.

Face à l’ampleur des évènements, j’ai essayé de comprendre pourquoi les manifestants ont pris fait et cause pour un « simple » parc public, et alors je me suis souvenue que:

  • J’ai appris à faire du vélo dans un parc,
  • Mon frère, ma mère et moi avons passé des heures au parc : pour faire du toboggan ou de la balançoire, acheter une glace à la sortie de l’école une fois l’été venu, s’amuser à trouver un trèfle à 4 feuilles… Bref, des occupations d’enfants de 5-6 ans…
  • Quand nous étions petits grand-mère nous conduisait au parc pour nourrir les canards et les cygnes
  • Au lycée dès les beaux jours on passait du temps au parc, profitant du soleil pour faire une pause entre les cours. Parfois, on a délaissé le latin et d’histoire-géo pour s’allonger dans l’herbe au lieu d’écouter pour la cinquième fois les épisodes de la guerre de Troie ou la reddition de Vercingétorix en 52 avant Jesus Christ après sa défaite à Alesia. (Maintenant je dois avouer que ces 2 faits historiques sont toutefois passionnants)
  • Il y a 3 ans de ça, alors que nous rentrions de soirée, je me souviens avoir erré en pleine nuit dans Hyde Park avec un groupe d’amis, trempés par la pluie… Rien de bien fou, mais ce sont des moments sympas dont je me souviendrai.

La liste est longue, mais surtout, j’ai réalisé qu’une partie de mes souvenirs est liée à des instants passés au parc, que ce soit en France ou ailleurs. Je ne sais toujours pas pourquoi tant de personnes ont pris part aux manifestations de la place Taksim. Il n’y a pas un unique motif qui justifie cette agitation, mais peut être qu’au milieu de la foule, il y avait quelques personnes qui défilaient pour défendre un lieu qui fut à l’origine de nombreux souvenirs.

L’image vient du site suivant : http://www.guardian.co.uk/world/2013/jun/05/woman-in-red-turkey-protests

La “jeune femme en rouge” est devenue un symbole des émeutes de la place Taksim en Turquie (Istanbul)

Taksim Gezi Park, a green island in the midst of concrete and the woman in red

This woman in red became a symbol of the Turkish protest, in Taksim Square, Istanbul.

This woman in red became a symbol of the Turkish protest, in Taksim Square, Istanbul.

Before I start, let’s make it clear:  this post is not meant to judge or blame the recent events that happened in Turkey and cannot be used for politic matters.

The title of this post sounds like a “fairy tales’ ” one, but it is about today’s reality. After hearing the news and seeing pictures of the riots in Turkey, I tried to understand why thousands of young people have demonstrated with such passion on the Taksim square. According to journalists, the origin of the riots was to protest against the project of replacing the Taksim Gezi Park with a reconstruction of the historic Taksim Military Barracks (demolished in 1940) and the possibility of housing a shopping mall. When I saw the importance of the protests, I tried to understand why a park can be so important to people and I realized that:

  • I learnt to bike in a park,
  • We spent hours at the park with my mum and my brother to play on slides and swings, buy ice-creams in summer when school was over or to look for a four-leafed-clover that would bring us luck,
  • As a child, grandma walked us to the park on Wednesday or during the week-end, to feed the ducks and swans with the left over bread,
  • Students, we used to spend time at the park to enjoy the first sun beams or make a break in between exams. Sometimes we preferred the park to the Latin or History lessons and decided to skip class : laying on the grass was more entertaining listening for the 5th time the episode of the Trojan War or how Vercingetorix surrendered to the Romans after being besieged and defeated at the Battle of Alesia in 52 BC. (Now that I am grown up, I do recon both are great topics)
  • 3 year ago after a great night out with my friends, we ended up wandering in Hyde Park lost in the darkness of the night, laughing out loud and soaked as we got caught in the rain… Simple things but great memories for me,

I can continue the list for long but where I want to go with this, is that parts of my memories are linked to time spent at the park, whether it was in France or anywhere else in the world. Yes, there mus be multiple reasons why so many people took part to the demonstrations in Turkey, and maybe among the crowd there was someone who joined the movement to save a place that has been the birthplace of life memories.

The picture in this post was taken from the following website: http://www.guardian.co.uk/world/2013/jun/05/woman-in-red-turkey-protests

This woman in red became a symbol of the Turkish protest, in Taksim Square, Istanbul.